Archives de catégorie : "Les bases du vin"

Dans le cadre de la box des vins naturels du mois de mars, je me suis rendu du côté de Béziers. Les deux vignerons que j’avais choisis élevaient en effet leurs vins en amphores. Enfin en amphores… c’est plutôt un abus de langage, puisqu’on parle en réalité de jarres. Ce procédé est plutôt en vogue, mais il s’agit en réalité plutôt d’un retour aux sources.  Lors du tournage de la première vidéo, Charles Mackay me dit que ses jarres de 160 litres proviennent de Terres d’Autan, une poterie qui se trouve à 1h30 de là. Son patron, Olivier Beliveau, m’est décrit comme quelqu’un de très intéressant.  L’après-midi, je me rends sur Béziers pour voir à quoi ressemble la ville (tant qu’à faire). J’en profite pour appeler Vivien Hemelsdael pour confirmer le rendez-vous du lendemain. Il me dit qu’il travaille également avec Terres d’Autan. Trop de coïncidences. J’appelle Olivier, sait-on jamais, pour…

Lire la suite

Je discutais hier avec une ancienne amie que je n’avais pas revue depuis de nombreuses années. Cette personne fait vraiment attention à ce qu’elle mange, et essaie toujours de consommer des produits de saisons, locaux et bios. Et pourtant, elle était persuadée que dans le vin… il n’y avait que du raisin.  Et après tout, c’est ce qu’on nous vend : le produit du terroir, les raisins que l’on récolte et que l’on laisse tranquillement en élevage dans des barriques pendant de longs mois (minimisant du même coup le travail du vigneron). Bien évidemment, ce n’est souvent pas aussi simple. Je vous remet ci-dessous l’image iconique et très connue des vins S.A.I.N.S, qui montre les produits autorisés en vinification :  Bien entendu, ces intrants ne sont pas mis au hasard, et viennent souvent compenser une absence à la vigne. Sans bons raisins, pas possible de faire de bons jus de…

Lire la suite

  Au supermarché, dans certains restaurants, on s’autorise souvent une bouteille bouteille de vin conventionnel le sir Une habitude que partageait l’auteur de ce blog, Adrien. Après des ballonnements quotidiens, des problèmes de peau à répétition, un palais détruit et un sens moral douteux, le jeune homme a pris la décision d’arrêter de boire du vin conventionnel pendant 14 jours. Voici les bénéfices tirés par le blogueur. JOUR 1 A 3 Dès les premiers jours, Adrien observe les effets positifs. Habitué à se réveiller plusieurs fois dans la nuit, le blogueur réussit à dormir sept heures d’affilées. Mieux, au réveil, plus de mal de tête et une meilleur digestion. Paraît-il qu’en plus la veille, les vins goûtés étaient vraiment meilleurs ! La qualité de ses soirées et de son sommeil s’améliore, la fatigue et la monotonie se fait de moins en moins ressentir. JOUR 4 A 7 Après avoir régulé…

Lire la suite

Les cadeaux dans le monde du vin : un vaste sujet. A l’approche de Noël, on remarque dans les rayons fleurir des livres sur le sujet, des tonnes d’accessoires loufoques, énormes et qui semblent fort peu pratiques. Bref, on le sait, le thème du vin pour les cadeaux, c’est un thème récurrent. Pourquoi ? Parce que souvent, quand on a pas d’idées de cadeaux, on se jette sur les recommandations de nos magasins, et on achète un coffret de parfum ou de produits de beauté pour Madame, et un truc en rapport avec le vin ou les spiritueux pour Monsieur. C’est cliché, sans doute sexiste, mais c’est ce qui est mis en avant. Aujourd’hui, on va essayer de donner quelques pistes dans cet univers souvent méconnu, qui est une véritable passion pour des milliers voir des millions de français, mais qui est parfois récupéré par des marketeux peu scrupuleux. L’idée…

Lire la suite

J’ai goûté pour la première fois les vins de Christophe Lindenlaub au salon des vins libérés. A l’époque, c’était son pinot noir qui m’avait énormément plu, au milieu d’excellentes découvertes. J’avais gardé son nom en tête, avec l’idée d’un jour passer à son domaine. En Fevrier, j’ai fais une vidéo sur le Grand Cru Bruderthal de Molsheim, avec trois excellents vignerons. J’étais en fait assez frustré d’être littéralement à deux kilomètres de Dorlisheim, et de ne pas passer chez Christophe dans le cadre de cette vidéo. J’ai donc voulu me rattraper quelques semaines plus tard. En passant au Domaine, j’ai goûté son Pinot Noir nature en brut de cuve, et je dois avouer que je le trouvais toujours excellent : un bon vin de copain, un vin d’une grand fraicheur à servir avec les températures montantes. Mais j’ai aussi goûté un peu par hasard son Riesling nature “A griffes acérées”,…

Lire la suite

Les défenseurs du vin naturel affirment que l’industrie moderne du vin est complètement dans le faux, pour des raisons d’éthiques, d’écologie et de goût. Ils ont provoqué le plus grand clivage du monde du vin de leur génération. De Stéphen Buranyi. 

Ceci est une traduction de l’article écrit dans The Guardian que vous trouverez ici

Introduction

Si vous avez eu la chance de diner au « Noma » à Copenhague en 2011 – qui vient d’être reconnu comme le « meilleur restaurant du monde » – on aurait pu vous servir l’un des plat signature de la maison. Un couteau de la mer du Nord, un seul, cru, dans une mousse de persil, saupoudré d’une neige de raifort. Une merveille technique et conceptuelle, qui souhaite évoquer les difficultés hivernales du littoral nordique. 

Mais encore plus remarquable que le plat lui-même aurait été la boisson l’accompagnant : un verre d’un vin trouble, un blanc acide, d’un vigneron presqu’inconnu de la Vallée de la Loire. Un verre d’un vin qui devait valoir à l’époque 9 euros la bouteille. C’était certainement un choix étrange, voir un impair, pour un menu à 350 euros. 

C’était un vin dit « naturel », fait sans aucun pesticides, conservateurs ou produits chimiques. Le produit d’un mouvement qui a lancé le plus gros clivage dans le monde du vin de sa génération. 

Lire la suite

Bonjour à tous ! Cette chronique du livre “Chateau l’Arnaque de Peter Mayle” est écrit par Delphine Keppens du blog : Des familles et des Livres ; qui m’a proposé suite à mon petit défi lecture de me faire cette revue d’un livre parlant également de vin. Les livres romancés sont effectivement une bonne manière de mettre un pied dans le monde du vin – autre que la dégustation – sans se tourner vers des choses trop techniques. Je prendrai comme exemple l’excellent Skin Contact, où on reste également dans le thème du voyage et de la découverte, qui est l’angle choisit par Delphine. 

Château l'arnaqueChâteau-l’Arnaque

Les arnaques dans le monde du vin, ça me fait forcément pensé au célèbre Rudy Kurniawan. Je vous conseille d’ailleurs le documentaire “Sour Grapes” – Raisins amers en français – , que vous trouverez sur Netflix, qui retrace les arnaques de cette personne. Cela met en perspective la spéculation autour du vin. Vendre et acheter des bouteilles à plusieurs dizaines de milliers de dollars, pour moi ça dépasse l’entendement. Surtout quand on sait que finalement ce n’était pas de la Romanée-Conti 47 à l’intérieur, mais un assemblage d’un alchimiste très doué. 

Sour grapes

Dans un registre plus actuel, et sur des bouteilles de vins beaucoup plus accessibles, on peut citer les arnaques sur les appellations à Bordeaux et en Côtes du Rhône. Dans les deux cas, ce sont des bouteilles vendues sous une appellations alors que les raisins venaient d’ailleurs. Ce qui est impressionnant une nouvelle fois, ce sont les chiffres. Pour Guillaume Ryckwaert, on parle de 26,6 MILLIONS de bouteilles vendues sous des appellations Côtes-du-Rhone ou Côte-du-Rhone-Villages alors qu’ils s’agissait de raisins de tables. L’arnaque est donc colossale, même si on ne peut pas résumer la qualité d’un vin à son appellation. 

Bref, malheureusement, le monde du vin et les arnaques, c’est assez fréquent. Et ces deux éléments semblent être tout à fait indiqué pour un roman. Je vous laisse avec l’article de Delphine 🙂 


Lire la suite

Le Jura, cette petite région viticole (par la taille, pas par la qualité !) que je ne connais que très peu.

Pourquoi aller dans le Jura ?

Trois raisons font que j’y suis passé un week-end :

  • L’écrasante majorité de photos sur Instagram avec les mêmes quilles (je suis faible je sais, mais quand on voit souvent les mêmes bouteilles, ça donne envie de goûter), des vins qui sont difficiles à trouver ici.
  • Les podcasts de « La terre à boire », qui font que j’ai également envie d’aller en Corse maintenant. Le témoignage de quelques bons vignerons donne toujours envie d’aller sur place.
  • L’élément déclencheur, le déclic : un salon des vins bios en Jura, où il sera possible de déguster et découvrir de très nombreux vignerons, et des bons tant qu’à faire !

C’est donc parti pour un week-end dans le Jura !

Lire la suite

Alors qu’une tribune sur Libé fait rage en croisade contre le veganisme, je publie cet article et cette vidéo sur le vin vegan. Il sera toujours possible de boire un coup *trigerred*

*Disclaimer* Je ne suis pas vegan, mais j’ai trouvé le sujet intéressant et vu le nombre de plus en plus croissant de personnes pratiquants ce régime alimentaire, je me suis dit que ce serait utile d’informer ce qu’il en est concernant le vin.

Vidéo et article ci-dessous :

Lire la suite

Qu’est-ce qui explique que certains vins blancs donnent mal à la tête ? C’est la question que m’a envoyé un ami sur Messenger. Et c’est une question qui revient souvent. Que ce soit pour des vins blancs, des vins effervescents, des vins sucrés, certains s’en privent car cela leur donne la migraine.
Outre-manche, paraît-il que c’est le vin rouge qui donne cette réputation. Mais alors, faut-il absolument se priver des vins blancs, des vins Alsaciens ? Je tente d’avoir un élément de réponse ci-dessous, dans cette vidéo. Comme d’habitude, vous pouvez retrouver un article écrit plus bas.

Lire la suite

10/41