VDN : Le Muscat de Beaumes-de-Venise

Bonjour à tous !

Aujourd’hui on va quitter un peu le Nord-Est de la France pour se rendre – malheureusement virtuellement – dans ce qu’on pourrait appeler le Sud. Quoi que le sud, on restera quand même dans une appellation dont on dit qu’elle est la plus septentrionale qui produit des vins doux naturels, dont la plus au Nord.

Il s’agit du village Beaumes-de-Venise dans le Vaucluse (désolé pour ceux qui penser se diriger vers l’Italie, rien à voir avec Venise). L’appellation Muscat de Beaumes-de-Venise est située entre les régions du Ventoux et des Côtes du Rhône Villages, non loin de la ville d’Orange.

On est ici bien loin des muscats secs et légèrement amers en fin de bouche des muscats alsaciens. Au contraire, on est ici dans la douceur, dans un vin très sucré aux couleurs dorées. Il s’agit d’un Vin Doux Naturel.
Les muscats de Rivesaltes et les muscats de Beaumes-de-Venise ont longtemps été des vins que j’appréciais énormément, habitué au sucre résiduel notamment présents dans les vendanges tardives d’Alsace.

Qu’est-ce qu’un Vin Doux Naturel ?

Tout d’abord, je tiens à rappeler le principe de fermentation alcoolique, qui est un processus dans la fabrication du vin qui intervient après le pressurage, qui consiste globalement à tirer le jus des baies de raisin. La fermentation alcoolique est l’action des levures sur les sucres contenus naturellement dans le raisin. Le sucre est en effet transformé naturellement en alcool.

Dans le cas des vins doux naturels, il convient d’éviter que le sucre dont on souhaite une haute teneur ne se transforme en alcool. Pourtant, on souhaite garder le degré d’alcool qui convient à ce type de vin, et ne pas avoir une jus de raisin sucré.
Ainsi, on va rajouter pendant la fermentation un apport d’alcool à 96°. Cet alcool va détruire les levures, empêchant ces dernières de transformer le sucre naturel en alcool. L’ajout de cet alcool va également permettre au vin de titrer à 15° d’alcool. On fait ainsi d’une pierre deux coups. C’est ce qu’on appelle le mutage.

Pourquoi naturel ? L’alcool à 96° ajouté est une eau-de-vie de raisin, ce qui fait que le raisin est normalement le seul ingrédient du Vin Doux Naturel. Il n’y a pas d’ajout de sucre comme dans la fabrication du champagne par exemple (liqueur de dosage et de tirage).

L’AOC Muscat de Beaumes-de-Venise

 

L’AOC Muscat de Beaumes-de-Venise s’étend sur environ 500 hectares autour du village de Beaumes-de-Venise et d’Aubignan.
Pour des garanties de qualité, l’appellation exige une vendange manuelle des vignes, interdisant de ce fait l’usage de vendangeuses.

Le Muscat de Beaumes-de-Venise doit avoir plus de 110 grammes par litre de sucre résiduel (252 grammes par litre étant requis pour le moût initial) et plus de 15° d’alcool. Cela en fait un vin très sucré et « gras » (dans le sens du « touché », pas de « lipide »).

L’appellation produit aujourd’hui 12 900 hectolitres par an, dont 30% sont destinés à l’exportation.

Le cépage utilisé accepte deux variétés : le muscat blanc à petit grain, et le muscat rouge à petit grain. Il existe ainsi des Muscats de Beaumes-de-Venise rouge et rosé, même si cela est extrêmement rare.
Il s’agit d’un cépage fragile, au rendement qui sera limité à 30 hectolitre par hectare. L’objectif est clair, il s’agit de limiter le nombre de grappes/jus afin d’avoir le plus sucre résiduel possible.

Les différences climatiques expliquent également les différences qu’il y aura entre un muscat « du Nord » et un muscat « du Sud ».

Le climat de Beaumes-de-Venise

Le muscat de Beaumes-de-Venise est exposé sud ; sud-est, ce qui lui permet de bénéficier d’un ensoleillement maximum, entre 2600 et 2700 heures par an. Par comparaison, l’ensoleillement moyen en champagne est de l’ordre de 1600-1700 heures par an.

Il s’agit d’un climat méditerranéen, donc relativement chaud et sec. En effet, la pluie arrive surtout au moment de l’automne, de Septembre à Novembre, soit juste après les vendanges. Le reste de l’année est relativement sec.
Contrairement à une partie des vins de la Vallée du Rhône, les vignes de muscats de Beaumes-de-Venise sont protégée du mistral par le massif des dentelles de Montmirail.

Le terroir et la diversité géologique

 

Le terroir de Beaumes-de-Venise jouit d’une diversité de sols dû aux mouvements tectoniques. Il est composé de sables jaunes issues de marnes sableuses au Sud, et de sols argile-calaires au Nord. Les dentelles de montmirail que l’on voit sur la photo ci-dessus sont des barres de calcaire blanc.

La dégustation du Muscat de Beaumes-de-Venise

Ce qui va frapper tout de suite, c’est une couleur dorée et brillante, qui annonce le haut degré de sucrosité du vin. Les arômes sont puissant de miel, d’abricots secs, de fruits exotiques et bien sûr (on reste sur du muscat), de raisin. Une forte puissance en bouche, et une grande finale le caractérisent également.

Au niveau du service, le Muscat se sert généralement frais, entre 8 et 10° Celsius.

En général, on le sert en apéritif. Néanmoins, sa rondeur et sa puissance aromatique peuvent être des ennemis pour la suite. En effet, il est très difficile de passer à un autre vin par la suite.
Deux solutions alors, le servir en dessert, le Muscat de Beaumes-de-Venise s’accordera alors très bien avec des mets sucrés. Ou alors le servir tout le long d’un apéritif dinatoire, sur des toasts de foie gras (lorsque aucun autre vin ne sera appelé par la suite), de petits plats marocains (le sucré salé marchera très bien), des fromages à pâtes persillés et enfin des plaisirs sucrés comme le nougat pour rester dans la région.

Cet article a été fait en collaboration avec le Salon des Vins et Terroirs qui aura lieu le 25 et 26 Novembre à Vivier-au-Court dans les Ardennes. Sera en effet présent le Vignoble Alain Ignace, qui proposera des muscats de Beaumes-de-Venise, notamment en rouge et en rosé, ainsi que d’autres vins rouges de Beaumes.
Les vins rouges de Beaumes-de-Venise bénéficient d’une appellation qui a été reconnue en 2005, issus de cépage à dominante Grenache et Syrah.

Crédit photo : Michel Taillet, jean-louis Zimmermann,

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire