5 raisons de participer à un salon de vins

Parmi les évènements qui peuvent paraître intimidants mais qui m’ont été le plus utiles dans la découverte du monde des vins, il y a les salons, qui impliquent beaucoup de dégustations sur une seule journée.

Bien sûr, tous les salons ne se valent pas, mais ils apportent dans tous les cas de bonnes expériences. Je vous ai donc listé ici 5 raisons de s’y rendre.

Cliquez sur “Play” pour lancer le podcast audio ou faites un clique-droit ici et télécharger pour l’écouter directement 

Vous trouverez ci-dessous un article en texte si vous préférez ce format. D’autant plus que s’agissant de mon premier podcast audio, ce sera peut-être plus clair ci-dessous 🙂

Salon de vins

1. Les salons apportent de l’ouverture d’esprit

 

Vous avez forcément entendu ou même dit vous-même des choses comme : « Je ne bois que des vins de Bourgogne » « Pour les blancs, je ne bois que des Alsaciens » (hum…. On pardonnera plus facilement) « Je ne bois plus de Bordeaux, ce sont que des industriels ! » « Les vins bios et naturels sentent l’écurie » etc …

Laissez moi vous dire une chose, il y a du très bon et du très mauvais dans toutes les appellations/catégories. Fermer la porte à l’une d’entre-elle sous prétexte d’une mauvaise expérience est dommage, mais c’est souvent d’actualité pour beaucoup de monde. A contrario, n’acheter que des Syrah par exemple parce-que l’on apprécie beaucoup ce cépage est dommage également, car cela vous écarte de merveilleuses surprises dans le monde du vin.

Si vous goûtez 5 vins de vignerons différents d’une même appellation et que cela ne vous plait pas, vous pouvez dire que ce n’est pas votre goût. Et encore, il peut toujours y avoir un vigneron qui pourrait vous surprendre (il existe même des vignerons dans le Nord pas de Calais et en Bretagne donc pourquoi pas) ! Ce n’est pas goûter 2 cl qui vont ruiner votre vie, par contre, cela peut-être une excellente découverte !

2. C’est « rentable »

Soyons pragmatique. Comme vous, je n’ai pas des centaines d’euros à dépenser chaque semaine dans le vin. Mettre une quinzaine d’euros dans une bouteille qui ne me plait pas, ça m’embête sévèrement. Ce n’est pas pour autant que je ne vais acheter que des vins à 3 euros au supermarché. Le meilleur moyen d’aligner les deux, c’est de pouvoir goûter avant d’acheter.

Mais pour goûter, on a en gros 2 solutions :

  • La première est de se rendre au hasard chez un vigneron ou un caviste qui propose une dégustation particulière. Je ne sais pas vous, mais moi, je me sens dans ces cas « obligé » d’acheter par politesse. Bien sûr, personne d’autre que soi-même n’oblige cet achat. Mais même inconsciemment, on se dit toujours qu’une bouteille sort du lot, ou est un peu mieux que les autres (vu qu’on va forcément comparer par rapport à nos goûts). Donc on achètera une bouteille qui sera la moins mauvaise des 4 ou 5 goûtées à ce moment-là.
  • Dans une dégustation, on peut gouter parfois plus d’une centaine de bouteille, donc si on achète par la suite, on est sûr que pour nous elle sort réellement du lot. De plus, dans un salon de dégustation, il est souvent logique de goûter beaucoup, sans que la pression de l’achat soit aussi forte que dans un plus petit évènement.

3. Cela améliore nos capacités de dégustations

Comparaison de vins

Comme dit ci-dessous, on peut être amener à goûter une centaine de vins différents. Attention, bien évidemment, il faut recracher ce que l’on goûte ! Le but n’est pas d’être out à partir du 6ème vin goûté (comme dans le film « Amour » avec Poelevorde). De plus, notre palais serait bien évidemment totalement grillé si on consomme trop d’alcool.

Dans un salon, on est déjà dans des conditions de dégustations beaucoup plus précises que lorsqu’on ouvre une bouteille entre amis. On est là pour goûter, et on met nos papilles sur ce mode-là. Vous seriez étonné de voir que vos « capacités » sont augmentées dans ces cas-là.

De plus, vous aurez sans doute l’occasion de goûter plusieurs vins d’un même cépage mais d’un terroir différent, ou encore d’une même appellations mais d’un vigneron différent. Cette comparaison va vous permettre de voir l’influence d’un paramètre sur le vin, ou encore tout simplement de mieux saisir les différentes entre des vins que l’on aurait considéré comme « similaires » si on les avait goûté à quelques jours d’intervalle.
Le fait de goûter plusieurs vins dans un temps réduit va forcément améliorer nos capacités de comparaison.

4. On personnifie nos goûts et nos choix

Un bon caviste va toujours essayer de nous donner de bons conseils par rapport à nos goûts. Néanmoins, il est difficile de communiquer sur ce que nous apprécions quand nous n’avons pas goûté beaucoup de choses différentes. Les qualitatifs « forts », « légers » ou encore « fruités » sont en effet assez limités pour choisir un vin qui va nous plaire.

De plus, chaque caviste aura quand même ses goûts particuliers. N’oublions pas qu’un professionnel peut trouver un vin excellent alors que vous ne l’apprécierez peut-être pas, d’où l’intérêt plus que limité des « notes de dégustation ». Le meilleur moyen de s’assurer que le vin va nous plaire, c’est de l’avoir goûté plus tôt, c’est le seul moyen d’être conforme à ses goûts.

 

5. Conseils direct du vigneron

Bien souvent (mais pas toujours le cas, à vous de sélectionner des salons qui s’y prête), c’est le vigneron lui-même qui va présenter ses vins. Cela nous permet de comprendre le travail qu’il effectue dans ses vignes, l’influence de son terroir sur ses vins… bref, avoir un vrai échange avec un artisan.

La présence de plusieurs vignerons va vous permettre de vous constituer un carnet d’adresse de vignerons à aller voir plus tard, ou à retrouver sur de prochains salons pour de futurs commandes si le courant est bien passé.

Merci d’avoir lu ou écouté cet article. N’hésitez pas à me faire vos retours ci-dessous qu’ils soient positifs ou négatifs 😉

Crédit photo : Dégustations au Printemps des Vins de Blaye 2017, Léon Brocart, jean-louis zimmermann

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire