Qu’est-ce qu’un vin naturel ?

En ce moment, de nouvelles polémiques refont surface sur les réseaux sociaux concernant les vins dits naturels, ou encore nature. C’est un terme qui est depuis quelques temps déjà décrié par les adeptes de vins “traditionnels”, et ce pour deux raisons :

  • Ce terme sous-entend que toutes les autres formes de viticultures et vinifications ne sont pas “naturelles”, y comprit le bio et le biodynamique.
  • Car sans l’intervention de l’homme (sous-tirage, foulage, pressurage etc…), le vin ne se ferait pas. Donc le côté “naturel” est également un peu flou.

Bref, c’est un terme trop souvent utiliser pour différencier deux camps.

Pourtant, le vin naturel ne cesse d’avoir ses adeptes. On en retrouve de plus en plus (même dans les fêtes de vendanges grand public), jusqu’à retrouver des bouteilles mise en avant avec écrit en gros NATURE en grande surface. Mais alors, qu’est-ce que c’est que le vin naturel ?

Vas ésch dés que le vin naturel ?

Retranscription de la vidéo ci-dessous

Le vin naturel, c’est un vin dans lequel il n’y a pas, ou quasiment pas, d’intrants.

Les intrants

Qu’est-ce qu’un intrant, c’est tout ce qu’on va rajouter en chai en terme de vinification. Cela peut passer par des levures étrangères (dans le sens où elles vont remplacer les levures naturellement présentes sur les raisins), des acides (ascorbiques ou citriques entre autres), le fameux soufre, de la colle de poisson etc…, tout ce qui est rajouté par un oenologue pour « corriger » les défauts du vin. Le but va d’être de trouver l’équilibre parfait entre l’alcool et l’acidité par exemple. Le problème, c’est que cela déforme le goût originel des raisins. Et s’il y a des défauts, beaucoup estiment que le problème vient en amont, directement des vignes.

Le vin naturel est-il nécessairement bio ?

Pour faire un bon vin naturel, cela demande du travail rigoureux dans les vignes, et la recherche d’une qualité irréprochable. Cela s’acquiert au fil des années, avec une bonne connaissance de son terroir et de ses vignes, ainsi qu’une rigueur au moment des vendanges par exemple. Cela devrait impliquer la pratique d’une viticulture à minima bio, dans en toute logique d’une viticulture biodynamique, afin d’éviter d’être obligé d’apporter des “corrections dans les chais”.

Mais voilà, il n’existe aucun label montrant au consommateur ce qu’est un vin naturel ou non, entraînant une vague de flou sur ce terme. Beaucoup de vignerons sont de bonne foi, mais il existe forcément des dérives vu l’absence de contrôle vis-à-vis de ce terme. Me concernant, je vois deux dérives arriver :

  • Des vignerons vont mettre ce label “nature” sur de mauvais vins. C’est ce qui est général reproché aux vins naturels, avec des odeurs d’écurie par exemple. Cela ne représente heureusement qu’une minorité de vins naturels, mais cela existe. En effet, ne pas agir dans les chais nécessite une belle qualité de raisins initial. Et vin naturel doit rimer avec qualité.
  • L’effet inverse va être des vignerons qui ne travaillent pas en bio dans les vignes mais qui vont apposer le mot “naturel” sur la bouteille, pour surfer sur la mode. Vu qu’il n’existe aucune règle concernant ce terme, n’importe qui pourrait l’apposer sur ses bouteilles en faisant de la viticulture industrielle.

Que faire alors ?

Il existe des labels qui se rapprochent de cette définition de “naturels”. Il existe le label “SAINS” qui garantit l’absence totale d’intrant, mais qui est assez rare à trouver et peut-être un peu trop militant. Il y a aussi les labels Demeter et Biodyvins, qui garantissent une viticulture en biodynamie et limitent les intrants. Leur idéal d’ailleurs serait de ne rien ajouter si la qualité du raisin le permet.

En l’absence de ces labels, seuls des visites ou recherches approfondies sur un vigneron pourrait permettre d’effacer un peu le flou sur le terme “naturel” qui est sur sa bouteille. Rien ne garantira à 100% le travail qui est fait au long de l’année, mais cela peut donner une idée.

En attendant cela, il ne faut pas être sectaire et ne se fier qu’à cette seule mention. Il s’agit d’une idéal, mais se rejeter tous les autres vins en masse est totalement déconseillé, surtout qu’il en existe de très bon ailleurs 🙂

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire