Le Vin Vegan

Alors qu’une tribune sur Libé fait rage en croisade contre le veganisme, je publie cet article et cette vidéo sur le vin vegan. Il sera toujours possible de boire un coup *trigerred*

*Disclaimer* Je ne suis pas vegan, mais j’ai trouvé le sujet intéressant et vu le nombre de plus en plus croissant de personnes pratiquants ce régime alimentaire, je me suis dit que ce serait utile d’informer ce qu’il en est concernant le vin.

Vidéo et article ci-dessous :

Bonjour à tous !

Oui, le vin vegan. Ce n’est pas qu’un seul coup marketing pour capter l’intention de cette minorité croissante. Il n’y a pas de sang de boeuf mixé avec le raisin avant la mise en bouteille, rassurez-vous !

La plupart des vins ne sont pas vegan, puisqu’on utilise – dans une majorité de cas – des blancs d’oeufs lors d’une étape que l’on appelle : Le Collage.

Le Collage

Le collage, ce n’est pas le fait d’apposer une étiquette sur une bouteille, mais il s’agit d’une étape de clarification du vin.Lors d’une dégustation « classique », une étape consiste à regarder le verre de vin, afin de vérifier – entre autres – qu’il n’y ait pas d’impureté, que le vin soit bien limpide. Etape un peu inutile à mon avis, mais ce n’est pas le sujet.

Pour que cela soit bien le cas, on va ajouter du blanc d’oeuf lors de l’élevage du vin. Celui-ci va coaguler au contact du jus de raisin fermenté, et va capter toutes les levures en suspensions, pour tomber au fond de la cuve. Après filtration, on aura donc un vin parfaitement limpide.

On peut également utiliser de la colle de poisson pour cette étape, qui n’a qu’un intérêt visuel une fois de plus.Concernant le goût, les partisans du collage disent que cela ne modifie rien, tandis que les opposants affirment qu’il modifie l’identité du jus de raisin.

Le vegan peut boire du vin

Le vegan est-il condamné à ne pas boire de vins dans ces cas-là ? Evidemment que non.

Le label vegan

Il existe en effet un nombre très restreint de bouteilles estampillées « vegan », puisqu’il y a autour d’une dizaine de vignerons qui affichent ce label. Nul ne doute que leur nombre ira en grandissant.

Ces vignerons utilisent des substituts à la colle d’origine animale, et prennent donc de la colle d’origine végétale. Comme les « faux » steaks, ils vont utiliser ici de la colle de pois, ou de soja par exemple, pour effectuer cette étape.

IMAGE : fou de constater que malgré le peu de bouteilles labellisés « vegan », on conseille celles-ci avec de la viande.

Néanmoins, comme j’imagine qu’ils sont difficiles à trouver, ou alors à des prix peut-être élevés, il existe d’autres solutions.

Les vins non-collés

Vu que les produits d’origine animales ne sont utilisées que lors de l’étape du collage, il faut trouver des bouteilles de vins « non-collées ».

Les labels bio et biodynamiques (Demeter/Biodyvin) autorisent le collage, tant que celui-ci est fait avec des oeufs bios. Il faut donc se tourner vers les vignerons dans la tendance « naturel », qui indiquent très souvent sur la bouteille «non collé, non filtré » (ou “zéro collage, zéro filtrage”).

collage vin

Cette mention est très fréquente sur les bouteilles de vins en biodynamie ou naturels, et permet donc d’avoir des produits vegan, sans que cela n’ait été le but premier.

Pour les vins blancs, ils seront plus ou moins troubles, sans que cela ne change le goût du vin (au contraire).

Comme dit plus haut, je ne suis pas vegan, mais si je l’étais, j’opterais plutôt pour la seconde solution concernant le vin.Pour le moment, peu de vignerons sont labellisés vegan, j’imagine donc qu’ils sont tous « sincères ». Néanmoins, vu la montée marketing de ce terme, mieux vaut se tourner vers des vignerons qui font du bon vin, et qui ont en plus l’avantage d’être vegan (presque malgré eux). On ne paierait ainsi que la qualité de la bouteille, des jus tirés de raisins bios, et sans d’autres additifs – car si on ne veut pas d’origine animale, on devrait également s’inquiéter d’autres produits -.

Le vin vegan ne nécessite pas l’utilisation de raisins de qualité, ni de raisins bios. Autant soutenir de bons vignerons 😉

Partager l'article
  •  
  •  
  • 3
  •  

2 commentaires

  1. Bonjour Adrien
    Le label Vegan aurait tendance à me faire un peu peur. J’ai rencontré il y a peu des Vegan qui avaient un discours complètement intégriste. Il est difficile après ça d’apprécier un vin qui se revendique Vegan. C’est une affaire de marketing, le marché est-il assez ouvert pour spécialiser une production ? Merci pour tes articles

    1. Bonjour Didier,

      Merci pour tes commentaires également 😉

      Je pense effectivement aussi qu’il y a énormément de marketing dans cette utilisation du label “vegan” dans le vin. D’où l’intérêt de se diriger plutôt vers des vins non-collés, filtrés. Beaucoup de vegans sont très agressifs dans leurs propos, mais leur nombre est croissant et je pense que c’est quand même intéressant pour eux de ne pas se couper du monde du vin.
      L’utilisation de ce label sera sans doute de plus en plus important.

Laisser un commentaire