Recette du Vin Chaud d’Alsace (vidéo)

On va quitter un peu le monde des Grands Crus, et le monde des vins bio dynamiques, pour se pencher sur ce qui est une tradition importante lors de cette période de Noël : le vin chaud.

Il réchauffe lors des balades sur les marchés de Noël, il aide l’alsacien à passer la période hivernale, et il paraît que ça tue les microbes. En tout cas, je peux dire que consommé avec modération, il m’a permis de me réaclimater aux températures locales !
Et puis, c’est assez rare que j’ai envie de rajouter des trucs dans du jus de raisin fermenté.

 

Le choix du vin

 

L’ingrédient principal est quand même le vin. Même si celui-ci sera agrémenté d’épices et chauffé, si vous prenez un mauvais vin, votre vin chaud ne sera pas bon. Et c’est sans doute là l’erreur principale qui est faite pour cette recette toute simple.

Il est cependant bien entendu inutile de « gâcher » un très bon vin pour le vin chaud, mais il faut trouver un bon compromis. Il est conseillé de prendre un vin du Nord de la France, un vin plutôt léger et fruité. J’ai pris un Pinot Noir d’Alsace par pur chauvinisme, mais un gamay ou un vin léger de la Vallée de la Loire ira également très bien.

Pareillement, par soucis de cohérence, j’ai évité de prendre un vin limitant les intrants, puisque je vais moi-même rajouter quelque-chose dans le vin. Ca aurait un peu été une insulte au travail du vigneron.

Bienvenue dans ma cuisine. Une recette de vin chaud d’Alsace, mais avec du … beaujolais.
Pour le vin, ne pas prendre de la merde, ne pas prendre du trop haut de gamme (car le vin sera quand même caché par du sucre et des arômes puissants d’épices). Mais pas de piquette, le goût du vin s’en ressentirait quand même. Je n’ai pas pris un vin « nature » ou « biodynamique » car un vigneron qui a tenté de ne rien ajouter en vinification, ce serait dommage de lui ajouter des trucs par la suite non ?

Ingrédients

  • 1 bouteille de vin rouge
  • 150g de sucre roux
  • 1 baton de cadelle
  • 1 étoile de badiane
  • 2 clous de girofle
  • 1 Orange ou 1 citron
  • 5 cl de Cognac (facultatif)

Il s’agit là de la version « de base », mais une fois encore, je n’aime pas forcément rajouter trop de choses. Il existe des versions avec de la cardamome, du poivre, de la noix de muscade, mais cette recette simple apporte de la subtilité aux épices.

Par ailleurs, il existe également des vins blanc chaud, fait avec du Riesling par exemple. C’est là de nouveau une question de goût, et quitte à retrouver la tradition et les odeurs de notre enfance, autant rester sur le vin rouge.

Comment on fait ?

Le reste, c’est très simple. On fait chauffer le vin avec le sucre à feu doux. Une fois que ce dernier est dilué, on rajoute les rondelles d’oranges ou de citrons. On rajoute ensuite les épices lorsqu’il y aura un léger frémissement.

Deux possibilité par la suite :

  • Si on est pressé, on peut faire monter en légère ébullition le tout pendant 15 à 20 minutes.
  • Si on a un peu plus le temps, on peut laisser mariner à feu doux environ 2 heures. Ca permettra au vin chaud d’être plus épicé, et accessoirement ça embaumera votre maison d’un délicieux parfum de Noël.

 

Ensuite il ne reste qu’à le filtrer et à le déguster.

Une recette facile, de saison, conviviale, qui réchauffe et nous plonge dans l’ambiance de Noël.

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire